le busard cendré

Circus pygargus

Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés ;

Taille : 43 à 50 cm
Envergure : 98 à 110 cm
Poids : Femelle : 300 à 450 g ; Mâle : 225 à 300 g

Longévité : 16 ans

 

 

Identification

Le busard cendré est le plus petit et le plus gracile des quatre busards européens. Il a une silhouette plus svelte et plus affinée que celle du busard Saint-Martin ou du busard des roseaux. Le mâle et la femelle sont totalement dissemblables. Comme son nom l'indique, le mâle est d'un gris cendré, plus foncé que le busard Saint-Martin. Au vol, vu du dessous, on peut distinguer deux bandes noires sous les secondaires alors qu'une seule est visible du dessus. Contrairement au busard Saint-Martin, le bout de l'aile est entièrement noir. La femelle ou l'immature possèdent un dessous roux vif et un dessus brun roussâtre strié de noir. Le croupion est blanc, la queue barrée de plusieurs bandes transversales. En ce qui les concerne, confusion Busard cendré possible avec la femelle ou l'immature du busard Saint-Martin

 

Chant


Habituellement silencieux. Appel nuptial rapide, sonore et répété 'yik-yik' aux tonalités aiguës.

 

Habitat

Il n'a pas d'habitat-type. on peut le retrouver dans les zones humides : marais, polders, tourbières mais on l'observe surtout dans les paysages découverts tels que les steppes, les landes, les prairies, les champs de céréales et de graminées où il trouve des conditions plus favorables à la nidification et à la chasse. Pendant la période de nidification, le busard cendré occupe une grande majorité de l'Europe (excepté la Scandinavie, les Balkans et une partie de l'Europe Centrale). Son aire se poursuit en Russie, au Kazakhstan et Sibérie Occidentale jusqu'au Busard cendré fleuve Ienisseï.

 

Comportements

C'est un oiseau migrateur. Il arrive en avril et repart en août-septembre. Il prend ses quartiers d'hiver en Afrique au sud du Sahara ou en Asie Méridionale. Il chasse à l'affût ou en volant à très basse altitude. A 2 ou 3 mètres de hauteur, il survole les champs et les fossés en longues glissades silencieuses. Le succès de sa traque dépend essentiellement de son aptitude à surprendre sa proie. Sociable, le busard niche parfois en colonie et forme des dortoirs pouvant atteindre plusieurs dizaines d'oiseaux.

 

Vol

Virtuose de l'acrobatie, le couple se fait surtout remarquer par ses parades nuptiales au cours desquelles il exécute de longues glissades qui se terminent par une chute en vrille piquée. Il n'a pas son pareil pour échanger des proies en vol. Ce rapace possède la plus faible charge alaire avec seulement 0,2 g/cm².

 

Nidification

Les couples se forment lorsque Busard cendré les oiseaux atteignent l'âge de 2 ou 3 ans. Ce lien dure généralement pendant toute la durée de leur vie, bien que certains cas de polygamie ou de changement de partenaire puissent intervenir. Cette espèce réalise une parade nuptiale assez complexe et semblable à celle du busard des roseaux. Les deux oiseaux volent de concert à de très hautes altitudes en accomplissant des cercles dans le ciel. Les deux partenaires s'échangent de la nourriture, effectuent des tonneaux, des culbutes et toutes sortes d'acrobaties, souvent avec les serres déployées. Le nid, souvent de petite taille, est construit à terre dans la végétation herbacée, ce qui explique que bien des couvées sont menaçées à l'époque des moissons. En mai-juin, la femelle pond de 3 à 5 oeufs dont l'incubation dure entre 28 et 35 jours. Les jeunes busards quittent le nid en marchant au bout de 3 semaines mais l'envol ne s'effectue qu'au bout de 35 ou 40 jours.

 

Régime

Compte tenu de sa taille modeste, le busard cendré se nourrit principalement de micromammifères (campagnols, mulots) mais aussi de passereaux qui ont l'habitude de stationner à terre tels que les alouettes, les bruants et les pipits. En effet, le busard ne poursuit pas ses proies et celles qui ont le bon réflexe de s'envoler, ont en général la vie sauve. Reptiles (lézards, orvets et jeunes couleuvres) et insectes de grande taille (sauterelles, criquets, hannetons, carabes) fournissent également une partie non négligeable de son alimentation. En de rares occasions, si la situation se présente, il peut s'attaquer à des proies de format plus important tels que les perdrix, faisans, lapins et même les lièvres.

 

Protection / Menaces

L'espèce est en nette régression ces dernières années. Les causes principales de cette régression sont la destruction des nids par les travaux de récolte des céréales, la chasse et la disparition des habitats. Cette espèce est habituée à construire les nids parmi les cultures, mais les récoltes précoces, dû à la modernisation de l'agriculture, font que ces travaux ont lieu quand les jeunes n'ont pas encore quitté le nid.

Pourquoi le protéger ?
- c'est une espèce rare à l'échelle mondiale qui fait partie de notre patrimoine naturel.
- c'est une espèce utile dans la lutte contre les campagnols.
- c'est une espèce très menacée par les moissons de plus en plus précoces. Contrairement aux autres rapaces qui nichent dans les falaises ou les arbres, le Busard cendré niche au sol, dans les cultures, tout particulièrement dans les céréales. Chaque année, sans le savoir, un nombre considérable de nichées de ce rapace rare serait détruit sans l''intervention des bénévoles.

Comment le protéger ?
Les bénévoles engagés dans cette action doivent :
- réussir à repérer les couples , puis les champs et l'emplacement exact du nid
- déterminer avec précision l'âge des poussins et la maturité de la céréale pour savoir si les jeunes pourront ou non s'envoler avant la moisson.
- contacter l'agriculteur et le convaincre de la nécessité de protéger la nichée

Pendant de longues années, la seule méthode de protection était le déplacement du nid. Celui-ci était déplacé vers une culture plus tardive.
Actuellement la technique du déplacement tend à être remplacée par celle de la cage grillagée beaucoup plus efficace contre la prédation .Elle nécessite une indispensable coopération entre l'agriculteur et l'intervenant et une grande confiance réciproque .

la technique grillagée avant et après la moisson :

 

magnifique rapace

................................................

 

....................................... ..........................................